246

2016

Nature

La viticulture aujourd'hui

Je suis amateur de vin et globalement je cherche à apprécier tous les crus et toutes le provenances hexagonales ou non.

Mais, honnêtement, tout n'est pas bon !

Pourquoi cette différence de qualité entre les régions de production et surtout à l'intérieur de ces aires ?

Derrière cette question vague que nous nous posons toutes et tous ce pose une question plus profonde ; la vinification est-elle bien faite et les professionnels qui la réalisent sont-ils tous compétents ?

Si comme moi, vous vivez au coeur d'une de ces régions, vous avez surement une réponse à cette question.

Chaque année, vous attendez la sortie de ce précieux nectar, vous invitez des amis et déguster avec envie ce breuvage. Et là c'est l'étonnement, tous les vins que vous dégustez ont le même goût (normal, nous sommes dans le même terroir et c'est le même raisin !) et celà vous étonne car vous savez que le sol et le sous-sol sont différents à quelques kilomètres près.

Votre étonnement se transforme en effarement lorsque vous abandonnez discrètement votre verre chez ce charmant vieux producteur typique du cru.

"Il a tourné ce vin ou mon palais n'est pas réceptif." pensez-vous. Et là vous vous souvenez que l'an dernier, vous aviez acheté trois bouteilles à ce charmant prototype local. Et c'est la révélation, il vous explique qu'il fait son vin de la même façon depuis 50 ans et qu'il ne voie pas pourquoi il changerait maintenant. Il vous raconte qu'il ne croit pas à la thermo vinification et qu'il met la même levure depuis toujours. D'ailleurs elle est de plus en plus difficle à trouver. Il en profite pour égratigner son voisin qui rajoute du sucre et du sirop qu'il achète au supermarché du coin.

Et bien le sien, son vin chéri, il est naturel lui ! D'ailleurs, c'est bon pour la santé, il ne boit que çà depuis toujours.

 

Le lendemain, après cette petite migraine matinale et le traitement de votre désagrément intestinal aussi bref qu'inattendu, vous discutez à tête reposée avec votre ami féru de vin qui vous a visité pendant ce week-end.

"C'était pas mal ce qu'on a gouté hier !" vous dit-il. Dommage qu'ils fassent trop de thermo qui rend le vin plat et l'empêche de vieillir explique-t-il. Oui, mais elle permet de faire un vin buvable rapidement homogène ajoute-t-il. Ce n'est pas idéal mais çà permet à des producteurs qui ne maitrisent pas très bien la vinification de réaliser une production stabilisée.

"Oui, mais pourquoi j'ai été obligé de laisser mon verre hier car je ne supportais pas l'odeur dans mon verre ?" lui répondis-je. 

L'explication vint immédiatement avec plusieurs possibilités évoquées.

L'ajout de sulfite dans le vin provoque quelquefois cette désagréable odeur et ce goût âpre que l'on craint. La volonté de saugarder le vin et les contraintes à l'export font que les doses de sulfite sont de plus en plus importantes et modifient le goût.

La vinification dans des conditions sanitaires quelquefois limites, mauvais lavage du matériel, températures extérieures très élevées, mauvaises manipulations ou mauvais dosages des levures, peuvent également provoquer ces désagréments.

Enfin, le plus connu des désagréments, le fameux "goût de bouchon" qui provient en réalité d'une bactérie qui s'attaque au vin et produit ce que l'on redoute tous lorsqu'on ouvre une "bonne" bouteille pour impressionner son invité.

La liste des désagréments et des causes n'est pas exhaustive. Tel n'est pas l'objectif de ce message.

Donc, la dernière question est : tous les viticulteurs et tous les vinificateurs maitrisent-ils leur métier ?

 

more ...